Crisse

Didier-Crisse
Crisse
 est le pseudonyme de Didier Chrispeels, auteur de bande dessinée né à Bruxelles le 26 février 1958.

Il commence par faire du dessin sur toile à Lyon à dix-huit ans. Puis il commence une carrière dans la bande dessinée avec Ocean’s King pour le magazine Spirou en 1979 et Nahomi, une princesse japonaise pour Tintin en 1980.

Il s’installe en France et se lance dans l’heroic fantasy en créant, en collaboration avec Jacky Goupil, la série L’Épée de Cristal, parue aux éditions Vents d’Ouest. Cette série est un succès et devient une référence du genre.

Il est ensuite recruté par les Éditions Soleil, pour lesquelles il dessine plusieurs séries, notamment Kookaburra et Atalante. Il participe également comme scénariste aux séries Les Ailes du Phaéton (dessins de Serge Fino), Private Ghost (dessins de Serge Carrère) et Petit d’homme (dessins de Marc N’Guessan et Guy Michel). Il réalise aussi un épisode du comics Tellos.

Après un passage dans Spirou avec « Ocean’s kings », il crée « Nahomi » pour le Lombard. Avec Jacky Goupil, il connaît un premier grand succès avec « l’Épée de Cristal » (Ed. Vents d’Ouest). Suivront « Lorette », « Harpye » et « Perdita Queen ». Arrivé au sommet de son art, Crisse rejoint Soleil Productions avec « Kookaburra ». Il prendra la suite des « Ailes du Phaéton » en tant que scénariste sur des dessins de Serge Fino et créera la série « Petit d’Homme » avec Marc N’Guessan. Il crée ensuite « Atalante », son héroïne sensuelle et fougueuse, fascinante amazone, devenue depuis son indétrônable icône. « Luuna », sa jolie squaw au cour tendre et au caractère bien trempé suivra pour nous faire découvrir les Légendes des Indiens d’Amérique du Nord. En 2005, nous remontons le temps pour l’Egypte ancienne avec « Ishanti », jeune apprentie danseuse au temple d’Isis et au cour de la civilisation Maya avec « Cañari », sa dernière héroïne. En 2006, Crisse s’associe à Hicks et Ramos, pour une nouvelle série de SF « K ».

Il est le scénariste des deux premiers volumes de Thalulaa sorti chez Guymic éditions en 2017.

Laisser un commentaire